samedi 8 novembre 2014

Actualité du Samedi 8 novembre

Témoignage d'un ancien de la pédale joyeuse... 

Bonjour. 

J'ai découvert votre site sur M. COUPRY. Je vous en remercie car j'ai eu une grande bouffée de nostalgie et m'est revenu le souvenir de tout ce que représentait La Pédale Joyeuse. J'habitais en 1947 très près du magasin de M. COUPRY et, grâce à ces relations de voisinage, ma mère a bien voulu m'acheter un vélo de course !.... M. COUPRY m'a pris sous son aile et j'ai commencer à donner mes premiers coups de pédales sous sa surveillance.

Je garde de cet homme un souvenir très vivant et, les années passant, son charisme reste toujours vivaces. Ses conseils sont toujours là et son autorité à faire respecter certaines règles de vie m'a marqué pour la vie. Je me rappelle son regard critique quand nous arrivions au rendez-vous du boulevard Jeanne d'Arc, pour vérifier si le vélo était propre, la tenue correcte et les souliers bien cirés !... Ces conseils sont toujours présents; je n'en citerais qu'un : "Ne jamais se plaindre, ne jamais se faire plaindre" qui m'est resté gravé dans ma mémoire. M. COUPRY était un grand monsieur et je garde le regret lancinant de n'avoir pu le retrouver plus souvent au cours de ma vie et de n'avoir pu l'accompagner à sa dernière demeure.

Les aleas de la vie ont fait que j'ai perdu de vue Nono, qui était un de mes copains d'enfance. Je l'ai revu une seule fois dans son magasin de Saint Pierre et puis la vie nous a encore séparé.

Je me rappelle ce magasin mythique du Boulevard de la Libération et il me revient le souvenir de tous ceux qui le fréquentaient....

Merci encore d'avoir fait revenir l'ombre de tous ceux que j'ai connu.

Pour finir si vous passez sur la petite place, entre l'Eglise et la Chambre de Commerce, près du vieux-port, vous verrez dans la vitrine une photo d'un homme, avec une casquette marseillaise, c'est Pugliesi qui était un pilier de La Pédale Joyeuse.

Très cordialement.

FALQUE Robert